Le 13 juin 2019, la deuxième édition de la conférence « Oui à la finance solidaire en Tunisie ! », co-organisée par Lab’ess et Chabaka.tn a pris place au sein du Forum Convergences Tunisie 2019. Des acteurs tunisiens (UBCI, Impact Parnter, le Lab’ess) et internationaux (Bidaya, iesMed, Crédal) ont échangé sur les retours d’expériences de structures de finance durable, et un échange fructueux de bonnes pratiques a eu lieu.

Durant la première édition de la conférence « Oui à la finance solidaire en Tunisie ! », les orateurs, la modératrice et le public avaient conclu qu’à un moment clé de l’histoire tunisienne, l’ESS se dégageait comme une voix de développement plus soutenable et plus égalitaire qu’il fallait développer. En outre, il apparaissait nécessaire de développer des projets tels que l’épargne solidaire, réseaux, labels, placements éthiques, fonds de solidarité pour pousser les parties prenantes à réinventer leur rapport à la finance.

Durant la seconde édition, les panélistes ont conclu qu’il existait, aujourd’hui en Tunisie, trop peu d’acteurs de la finance solidaire, même si des initiatives voient petit à petit le jour. Il y a des lacunes administratives et en matière de régulations qui peuvent parfois freiner l’évolution, mais lorsqu’on regarde ce qu’il se passe à l’étranger, les perspectives d’action sont très nombreuses. Les panélistes ont également rappelé qu’il fallait développer des outils sans nécessairement attendre les prises de positions et développements gouvernementaux.

Bien qu’il existe des obstacles à la mise en place et en œuvre de certaines entreprises, comme la levée de fonds ou la compétitivité du marché, cela peut toujours être résolu par de la communication et de synchronisation entre les acteurs de l’écosystème et par un bon accompagnement des entrepreneur.e.s.

Enfin, développer la visibilité du secteur de l’ESS et vulgariser les concepts afin de démocratiser l’entreprenariat social est essentiel pour familiariser les gens à cette forme d’économie en plein essor. Il faut également encourager la mise en place d’un écosystème cohérent sur le long terme, ce à quoi la plateforme Chabaka.tn, par exemple, contribue fortement.

Depuis la première version de la conférence, peu de choses ont changé mais les mentalités évoluent, et c’est bon signe pour que de plus en plus de gens disent « oui ! » à la finance solidaire en Tunisie !